Présentation au Rendez-vous OSGeo-Qc « Cas d’utilisation de l’Open Source dans le domaine municipal »

Le milieu municipal est un autre groupe d’utilisateurs qui tire profit de la géomatique libre au Québec. Une présentation au Rendez-vous OSGeo-Québec abordera les meilleurs cas d’utilisation dans le domaine municipal, soit celui de la Ville de Saint-Hyacinthe et du Ministère des Affaires Municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire (MAMROT).

Ville de Saint-Hyacinthe : La Ville se dote d’une solution géomatique suivant les tendances du marché afin d’optimiser la diffusion de son information géographique, d’ajouter des fonctionnalités pour la gestion de ses infrastructures et d’offrir divers outils de gestion à l’ensemble de ses Services, notamment son service d’Urbanisme. La Ville a revu son système d’information spatial, de façon à ce qu’il devienne un outil d’aide à la décision et qu’il soit accessible aux intervenants des différents services municipaux, aux élus et citoyens. La Ville est la première au Québec à utiliser la cartouche spatiale de SQL Server pour stocker la géométrie en base de données à travers FDO, technologie Open Source permettant de se connecter nativement à une panoplie de sources de données spatiales. De plus, une interface web basée sur MapGuide OS, Fusion et OpenLayers a été déployée.

Ministère des Affaires Municipales, des Régions et de l’Occupation du Territoire (MAMROT) : La réalisation du nouveau SIGAT Géo, le système d’information et de gestion en aménagement du territoire du MAMROT est basé sur des technologies Open Source et propriétaires. Le mandat consistait à mettre en place une application permettant la diffusion de données couvrant la province telles que les schémas d’aménagement, les données reliées au morcellement du territoire, les données écoforestières et autres aux municipalités, MRC et partenaires du MAMROT. Basées sur des technologies telles qu’OpenLayers, FDO, MapGuide OS, le nouveau SIGAT Géo permet aux intervenants du réseau municipal de consulter et utiliser les données rendues disponibles via un Extranet. L’application mise en place supporte les standards de l’OGC (Open Geospatial Consortium) permettant ainsi de maximiser l’interopérabilité avec d’autres systèmes géomatiques.

Cette présentation ne manquera pas d’intéresser tous les gens qui œuvrent : au sein d’organismes municipaux ou partenaires de ces dernières, dans des organisations voulant travailler dans un environnement technologique propriétaire et open source ou des développeurs de services ayant des clients municipaux.

Leave a Reply